Fleur de cerisier

Fleur de cerisier

| 18 Janvier | Pourquoi quand on est heureux on fout tout en l'air ?

Bonsoir !

 

Dans ce nouvel article, je vais essayer de répondre à la question : pourquoi quand on est heureux on fait tout capoter ? C'est une excellente question et je me la pose en ce moment même. Car oui, je fais des bilans de ma vie et je regarde aussi dans mon passé pour faire mieux dans mon futur. Oui, je sais, ça veut rien dire, même moi je ne me comprends pas vraiment. En fait si, ce que je veux dire, c'est que depuis que je suis petite, j'ai toujours eu un problème avec le bonheur. A chaque fois que je le touchais du doigt, je faisais tout pour m'en éloigner. Alors pourquoi ? J'ai trouvé quelques réponses, mais je ne garantit pas que c'est les mêmes réponses à cette même question vous concernant !

 

1) Manque de confiance en soi

 

La confiance en soi ... drôle de chose que voilà ! Pour moi, c'est un jauge qui dans une vie peut-être tantôt pleine, tantôt vide. Ou plutôt plus ou moins vide, car on a toujours un peu de confiance (même si le niveau de la jauge est bas) mais jamais totalement. En général, c'est même ceux qui paraissent les plus confiant, les plus extravertis qui ont le moins confiance en eux. Mais pour revenir à notre question, comme on a pas 100% confiance en soi, on a des doutes. Et ces doutes nous mènent à notre perte.

 

Par exemple, vous êtes avec quelqu"un depuis plusieurs moi, tout va très bien entre vous. Mais le problème, c'est que vous ne savez pas comment lui avouer mes sentiments profonds et que vous n'osez pas lui dire. Vous oscillez entre lui dire et ne pas lui dire. Une sorte de tension se crée car il va ressentir vos doutes. En plus, il ressent la même chose et la tension est multipliée. Vous allez finir par vous éloigner l'un de l'autre inconsciemment et vous fuir mutuellement. Voilà comment vous avez brisé votre bonheur.

(Je tiens à préciser que c'est juste un exemple imaginaire, non une réalité!)

 

2) Peur du bonheur

 

Nous avons tous peur de ce que nous ne connaissons pas. Dans mon cas, vu que je n'ai jamais connu le bonheur (ou si peu de temps), j'ai peur de m'engager sur le long terme, que ce soit émotionnellement, professionnelement, ... dans tous les domaines, en fait. 

 

3) On croit que l'on a pas droit au bonheur, on s'interdit le bonheur

 

Depuis notre naissance, la société nous met des barrière, des chaînes, ce qui fait que plus on grandit, moins on s'exprime, moins on se montre, plus on se tasse dans un moule. Et, surtout dans les culture européenne, les gens ne sont pas juste heureux pour toi. Il faut toujours qu'ils disent que ce n'est pas normal, qu'ils trouvent de faux prétexte comme "si elle réussit c'est parce qu'elle achète les autres avec de l'argent, qu'elle les écrase, les élimine" ! On pourrait pas plutôt dire : "c'est le fruit d'un dur travail qu'elle a fait, elle a réussi parce qu'elle s'en est donné les moyens, elle a gagné à la sueur de son front " ? Parce que avec les mentalités d'aujourd'hui, on a juste pas envie de réussir, on se dit qu'on va faire tâche. Du coup, à cause d'une opinion, on va s'empêcher l'accès au bonheur.

 

4)  On a tellement peur que ça se finisse qu'on fait tout foirer

 

Quand on se répète plusieurs fois les choses, on finit par y croire et ça finit par nous arriver. C'est exactement ce qu'il se passe avec le bonheur. Si on se répète par exemple que notre amour va se finir un jour, que c'est trop beau pour être vrai, il va automatiquement se terminer. On se conditionne pour échouer. Alors que si l'on se disait que l'amour est éternel et qu'on y croyait, ça deviendrait une réalité.

 

5) On aime se faire du mal

 

Pour moi, l'espèce humaine est par nature sado-maso. Aime se faire du mal, que ce soit physiquement ou mentalement. Il y a toujours des exceptions, mais ce sont des exceptions qui confirment malheureusement la règle. Mais qu'est-ce que cette constatation vient faire dans cet article ? Et bien à chaque fois que l'on est heureux, on veux se rendre malheureux. On aime bien les contraires : bonheur / malheur ; bien / mal ; plaisir / douleur ; amour / haine ; et parfois, la frontière est mince.

 

6) On se dit " pourquoi nous plus qu'un autre ? "

 

Dans ce point, on montre plutôt la dévalorisation d'un individu. Quand on a un coeur (même s'il est de pierre), on va toujours trouvé quelqu'un qui est meilleur que nous dans tel ou tel domaine. Parfois, certains feront tout pour les remplacer. Mais pour d'autres, dès qu'ils se trouveront devant quelqu'un qui est moins heureux vont tout faire pour se rabaisser à leur niveaux, au lieux de les porter vers le leur. De ce fait, quand ils sont heureux, ils vont se sentir obligés d'être malheureux.

 

7) On veut toujours plus

 

Je sais que pour moi, c'est l'un des points qui me correspond le plus. On a les yeux plus gros que le ventre. On en veux tellement plus que l'on délaisse ce qu'on a déjà au profit de chimères, ce qui nous fait tout perdre. Et c'est valable aussi que le fait qu'il faut plus se concentrer sur le moment présent qui existe déjà que sur un futur qui est incertain et instable.

 

8) On ne pense qu'à nous alors que notre bonheur dépend souvent des autres

 

Quand on est heureux, on devient souvent egoïste : le mari va délaisser sa femme pour se trouver une maîtresse avec qui il va prendre plus de plaisir ; un étudiant va se concentrer sur son petit travail sans s'occuper de celui des autres. Mais la réalité peut très vite nous rattraper : la femme peut faire de la vie de son mari un enfer ; des juges peuvent trouver le travail d'un étudiant moins abouti que celui d'un autre. Et là, on se dit que l'on dépend des autres et qu'il aurait peut-être fallu plus s'en soucier. Mais c'est trop tard !

 

J'espère ne pas vous avoir déprimé avec cet article mais je vous dis quand même à demain pour quelque chose d'un peu plus joyeux. Enfin, je l'espère ! Bisoux !



18/01/2015
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour